Category

Réseaux féminins

Formation “briser le plafond de verre” – juin 2021

By | Actualités, Formation, Réseaux féminins | No Comments

Après le succès de l’édition 2019, la formation « briser le plafond de verre » devait être reconduite en 2020. Avec la crise sanitaire, le séjour à plusieurs fois dû être reporté. Nos organisatrices et organisateurs ont de la ressource et ont fait preuve de résilience pour concocter un programme passionnant pour cette deuxième édition de la formation qui s’est finalement déroulée les 21 et 22 juin 2021.

La formation a rassemblé une vingtaine de participantes avec pour objectif l’évolution professionnelle. C’est une belle énergie collective qui a encouragé une vingtaine de participantes à repousser leurs limites pour répondre aux exercices proposés par les coachs Annie Cattan et Didier Bras.

 

Objectifs de la formation :

  • Identifier des clés pour réussir professionnellement sans s’épuiser
  • Partager des informations, des outils, des bonnes pratiques
  • Développer son réseau et le réseau AFDESRI

 

 

Petit retour en image…

C’est dans un esprit jovial et bienveillant que s’est finalement déroulée cette deuxième édition de la formation « briser le plafond de verre ». Les participantes garderont sans aucun doute des souvenirs inoubliables de ce séjour intense et riche d’apprentissages.

 

À l’année prochaine !

Les métiers de la coopération, de la culture et de la recherche dans le réseau diplomatique – compte rendu du webinaire du jeudi 15 avril 2021

By | Actualités, Autres actions, Non classé, Réseaux féminins | No Comments

L’association Femmes&Diplomatie à organisé un séminaire en ligne pour évoquer les opportunités de carrière dans le réseau de coopération, de la culture et de la recherche. Le 15 avril dernier, l’événement à réuni Marie Buscail, COCAC au Liban, Cécile Frobert, COCAC en Tanzanie, Minh-Ha Pham, Conseillère pour la science et la technologie à Londres, et Jean-François Pactet, directeur adjoint de DCERR. Hélène Roos, vice-présidente de F&D, et elle-même COCAC en Roumanie, en a modéré les débats.

Engagée pour accompagner les femmes du MESRI dans l’accession de postes à responsabilité, l’AFDESRI a eu le plaisir d’être invitée à participer au débat et y a été représentée par Minh-Hà Pham, membre du conseil d’administration. Voici les éléments clés à retenir des interventions et des échanges du webinaire :

4500 agents dont une majorité d’ADL et 1700 expatriés évoluent dans le réseau culturel. Ce réseau offre 113 postes universitaires et scientifiques, occupés à 36% des femmes.

25
Sur les 124 COCAC, 25% sont des femmes, un taux de féminisation plus faible que celui des ambassadeurs.

Les candidates doivent prendre en compte trois enjeux pour entrer dans ce réseau :

  1. la dimension technique sur un champ large (culture, éducation, coopération, recherche) requiert un investissement initial significatif.
  2. l’encadrement, la gestion d’équipe et plus généralement les relations humaines occupent une part conséquente de l’activité. Un intérêt prononcé pour ces fonctions est donc nécessaire.
  3. Un poste dans le réseau doit s’inscrire dans un parcours de carrière pour développer sur le long terme les expertises et compétences qu’on y acquiert pour construire un parcours dédié à l’influence. Un poste dans le réseau se conçoit autant en début qu’en milieu de carrière.

Pour Marie Buscail qui a été VIA au SCAC au Yémen, dans la filière politique et actuellement COCAC au Liban, la gestion d’un des plus importants réseaux nationaux d’Institut français s’apparente à la gestion d’une PME. Le métier combine donc cette dimension entrepreneuriale avec une forte dimension de stratégie, les IF étant des établissements autonomes financièrement mobilisant 70% de ressources propres, et le conseil politique de l’ambassadeur sur les questions culturelles et de coopération. Viennent s’y ajouter également les relations publiques, particulièrement importantes dans un pays comme le Liban

Cécile Frobert fait face aux mêmes enjeux en Tanzanie, gérant un important  réseau d’alliances françaises (de droit local). Son poste se partage entre contacts politiques de haut niveau (présidence, ministères) et gestion d’une équipe aux profils, parcours et statuts divers. Au niveau politique, elle définit la stratégie de coopération de l’ambassade et gère les interactions avec les autres bailleurs et au niveau interne. Au sein du réseau, la gestion des établissements scolaires l’amènent à aborder tant des questions immobilières que bancaires. Evoluer dans des postes en Afrique requiert d’avoir une appétence confirmée pour les relations humaines.

Minh-Hà Pham qui a occupé plusieurs postes de direction au CNRS ainsi que les postes d’attaché scientifique à Washington et actuellement à Londres, souligne que les représentantes du MESRI en entrant dans le réseau doivent accepter d’élargir leur expertise technique et se familiariser avec la culture diplomatique comme accepter de nouvelles règles hiérarchiques. Une certaine pédagogie pour accompagner les mobilités est donc nécessaire pour que les partantes puissent se préparer et se familiariser à leur nouvel environnement professionnel.

La conciliation entre vie familiale et vie professionnelle s’organise dans le contexte de la répartition des tâches entre l’ensemble des agents du SCAC, les postes sont donc accessibles à celles qui souhaitent préserver leur vie de famille.

Les questions de gestion administrative et financière ne nécessitent pas une spécialisation spécifique au préalable, les COCAC pouvant s’appuyer sur des secrétaires généraux et des agents comptables de qualité. Par ailleurs, la sous-direction du réseau a pour mission d’appuyer les SCAC/IF dans la mise en œuvre de leurs missions.  En revanche, se familiariser au langage des opérateurs comme à celui des universitaires et scientifiques peut faciliter la prise de poste. Il est par ailleurs de la responsabilité des COCAC de faire œuvre de pédagogie pour expliquer aux personnels extérieurs au ministère au sein de leurs équipes le fonctionnement et la culture de ce dernier. Enfin, les réunions régionales du réseau, les journées des opérateurs (IF et Campus France) et du réseau facilitent les partages d’expérience et de bonnes pratiques.

Envisager tôt un passage par le réseau culturel ne constitue pas un risque d’enfermement dans une filière, les carrières au ministère nécessitant d’évoluer d’un domaine d’expertise à un autre. En revanche, l’expérience de la filière politique est un avantage dans les grands SCAC/IF.

Nous espérons que ces témoignages enthousiastes et les échanges riches qu’ils ont suscités auront suscité des vocations dans la filière culturelle.

L’AFDESRI a été reçue par Amélie de Montchalin, ministre en charge de la fonction publique

By | Actualités, Réseaux féminins | No Comments
Sophie Béjean a représenté l’AFDESRI lors de la rencontre du 13 novembre 2020 avec Amélie de Monchalin, Ministre en charge de la fonction publique, avec l’ensemble des associations de femmes de la fonction publique : Administration Moderne, Femmes de l’intérieur, Femmes de justice, Femmes et diplomatie, Cultur’elles…

Le réseau des associations de femmes animé par Administration Moderne est force de propositions pour faire avancer la place des femmes dans les fonctions de dirigeantes et pour viser l’égalité professionnelle dans la fonction publique. Les actions menées par l’AFDESRI en matière de formations et de mentorat ont été soulignées pour leur qualité et efficacité.

Le soutien du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, est un atout à cet égard pour permettre à l’AFDESRI de contribuer à l’élaboration des plan d’actions pour l’égalité femmes hommes.

” Brisez le plafond de verre “, avec l’Afdesri !

By | Actualités, Autres actions, Réseaux féminins | No Comments

Cette année, à nouveau, l’Afdesri propose un cycle de formation dédié à la prise de responsabilité. Vous trouverez son programme ici. Rencontrez un binôme de coach, et préparez-vous à poursuivre votre progression dans l’ESR, à appréhender les clés de la réussite d’une dirigeante ou manageuse, et bien d’autres aspects ! La dernière session de formation-action a eu lieu les 21 et 22 juin 2021. Pour toute question ou demande d’information, écrivez à formation.afdesri@gmail.com.

L’égalité femmes-hommes n’est pas acquise : comment avancer ?

By | Réseaux féminins | No Comments

À l’Université Claude Bernard Lyon 1, deux femmes se sont vues refuser leurs attestations de thèse faisant mention de ” doctoresse ” et non de ” docteur “. La féminisation de leur grade a été rejetée. L’AFDESRI s’est donc joint à sept associations en co-signant une lettre non-publique adressée à la Ministre de l’ESRI, Frédérique Vidal, pour alerter sur cette situation témoignant des difficultés, pour les femmes, d’être visibles dans le monde des sciences et plus particulièrement dans les mathématiques, domaine de leur thèse. L’initiative a porté ses fruits : l’université concernée va effectivement délivrer les diplomes de doctorat !

Sommes toutes ? Il faut faire évoluer les textes, et plus largement les pratiques, pour nous rapprocher, toujours un peu plus, de l’égalité recherchée.

Les réseaux féminins écrivent à Olivier Dussopt et à Marlène Schiappa

By | Actualités, Réseaux féminins | No Comments
Courrier des réseaux féminins
Le 5 juin 2019, L’AFDESRI, Administration Moderne et 14 réseaux féminins de la fonction publique,  écrivent à Olivier DUSSOPT, Secrétaire d’Etat en charge de la Fonction publique, et à Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité Femmes-Hommes, pour s’inquiéter de l’absence d’avancées du projet de loi sur la Fonction publique en matière d’égalité dans la gouvernance.

Lettre à Olivier Dussopt et à Marlène Schiappa

Nous nous permettons de revenir vers vous après l’adoption en première lecture par l’Assemblée nationale du projet de loi de transformation de la fonction publique.

Le texte a été enrichi, notamment pour ce qui concerne les plans d’actions pluriannuels (article 29) et nous nous en réjouissons.

Pour autant, ce texte nous paraît encore assez éloigné des attentes des réseaux féminins de la fonction publique, dans la mesure où il n’améliore que très marginalement le dispositif permettant de reconnaître la place des femmes dans la gouvernance publique (article 30).

Le fait de se limiter à ce qui a été négocié avec les syndicats met totalement de côté la question de la place des femmes dans la gouvernance publique, sujet majeur pour l’amélioration de celle-ci. Ce sujet n’est en effet, pas plus porté par les syndicats que par les employeurs, dans la mesure où les mécanismes d’éviction des femmes aux postes de responsabilités sont systémiques et partagés par toutes les formes d’organisations. S’il n’y a rien d’étonnant à ce que ce sujet ne soit pas pris en compte, nous le regrettons très vivement.

La position de retrait adoptée à ce stade nous semble ainsi contradictoire avec la Grande cause du quinquennat et toutes les déclarations présidentielles et ministérielles sur la nécessaire amélioration de la place des femmes dans la gouvernance publique, dont récemment celle du G7 Femmes, énonçant cet axe de progrès comme une priorité.

Nous nous permettons d’attirer à nouveau votre attention sur l’importance des dispositions que nous défendons, qui nous paraissent, à la lumière de notre expérience quotidienne dans tous les ministères, les établissements publics, les autorités indépendantes, les collectivités locales, indispensables pour faire progresser à la fois la place des femmes dans la gouvernance et la modernisation de nos administrations. Comme vous le savez, il ne s’agit pas seulement d’une question d’égalité, mais de qualité et de performance de la décision publique.

Nous attendons beaucoup de ce qui pourra être acté bientôt devant la commission des Lois du Sénat et lors de la séance publique qui suivra.

Nous vous remercions encore une fois pour votre écoute.

Bien respectueusement.

Les réseaux féminins de l’administration

Les 20 ans d’Administration Moderne

By | Actualités, Réseaux féminins | No Comments
14 décembre 2018

Les 20 ans d’Administration Moderne

Le 14 décembre, l’AFDESRI était bien représentée aux 20 ans d’Admod, « l’association interministérielle des femmes hautes fonctionnaires », qui fonctionne depuis deux ou trois ans comme une  coordination de tous les réseaux féminins du secteur public, même si ces réseaux sont loin de ne rassembler eux-mêmes que des hautes fonctionnaires.

Après une courte introduction par la présidente d’Admod, une première table ronde a été consacrée aux questions d’efficacité de la gouvernance publique et au lien entre ce sujet et celui de l’égalité professionnelle femmes-hommes. En présence de deux représentants de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et de « la transformation publique »,  Admod y a  présenté sa revendication d’intégrer l’égalité, et en particulier l’égalité femmes-hommes, comme un principe de construction du budget national. Un autre temps fort de cette table ronde a été le témoignage de Nadia Bernoussi, professeure de droit constitutionnel, ex-directrice générale de l’ENA marocaine et présidente du réseau marocain Mixité et gouvernance, sur les batailles menées dans son pays, sur des thèmes identiques aux nôtres.

C’est ensuite en présence d’Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, que les représentantes de chacun des réseaux féminins du secteur public, dont l’AFDESRI bien sûr, sont montées sur scène pour présenter leur réseau, ses objectifs et ses actions : belle démonstration symbolique de la force et de la convergence de nos revendications.

La seconde table ronde, organisée comme un échange entre O.Dussopt et diverses représentantes des réseaux féminins du secteur public, a permis au secrétaire d ‘Etat d’annoncer que le « protocole égalité professionnelle femmes-hommes dans la fonction publique » 2018,  pourrait certainement être mis en œuvre, à compter de la fin de l’année, une fois les résultats des élections professionnelles confirmés, du fait que les syndicats signataires de ce protocole seraient devenus majoritaires. Il a annoncé des évolutions essentielles pour aller au-delà du premier protocole d’accord de 2013, tout en le consolidant. Citons, entre autres, l’application des sanctions pour non-respect du protocole, la création d’un fonds pour l’égalité femmes-hommes abondé par ce fonds, l’extension du protocole aux établissements publics, aux collectivités territoriales et à la fonction hospitalière, l’obligation de prendre en compte les « stocks » (promotions) et non plus simplement les « flux » pour apprécier l’égalité et la parité, le maintien de l’avancement pendant les congés parentaux et du régime indemnitaire pendant le congé maternité…

Une matinée riche, qui a bien confirmé aux membres présentes d’AFDESRI (Simone Bonnafous, Anne Boutin, Claire Dupas et Agnès Varnat) l’intérêt de « jouer collectif » avec les autres réseaux féminins de la fonction publique, même si bien sûr, nous avons nos spécificités au MESRI…

Administration Moderne fête ses 20 ans !

By | Réseaux féminins | No Comments
Vendredi 14 décembre 2018

Les femmes ont un projet d’excellence pour l’Etat !

Le vendredi 14 décembre 2018 de 8h30 à 13h, l’association administration moderne fête ses 20 ans durant une matinée d’échanges à :

l’Amphithéâtre Marceau Long, Services du Premier ministre, 

20 avenue de Ségur – Paris 7ème

L’AFDESRI sera évidemment présente lors de l’événement avec les réseaux féminins de l’administration. Seront également présent :

  • Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, et de la Lutte contre les Discriminations
  • Olivier DUSSOPT, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action et des Comptes Publics
  • Marie-Pierre RIXAIN, Présidente de la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité des Chances entre les Femmes et les Hommes
  • Hélène FURNON-PETRESCU, Cheffe de Service des Droits des Femmes et de l’Egalité

 

Inscription à la matinée

L’inscription est gratuite et obligatoire avant le 1er décembre.

Je m'inscrisJe m'inscris

Rendez-vous au cabinet de Marlène Schiappa

By | Actualités, Réseaux féminins

Rendez-vous avec le cabinet de Marlène Schiappa le 31 mai 2018, Simone Bonnafous représentait l’AFDESRI à cette rencontre

Les réseaux féminins ont été reçus par Catherine Petit, directrice de cabinet de Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes le 31 mai dernier.

Après avoir souligné que « la grande cause du quinquennat » est peu visible, les réseaux féminins ont présenté leurs propositions. Les inégalités salariales dans la fonction publique ont été au cœur de la discussion : mesurer ces inégalités, en identifier les causes et agir pour les réduire ont été les revendications portées.

D’autres propositions portées conjointement par les réseaux féminins ont été présentées, notamment sur la question des viviers de femmes, des rythmes de travail, de l’articulation entre vie personnelle et vie professionnelle, ainsi que sur la perspective d’une loi « Sauvadet 2 » avec des objectifs cibles visant non seulement une progression du pourcentage de femmes dans les flux de nomination, mais aussi dans les stocks. Les spécificités de l’ESR y ont été présentées.

Rendez-vous à la Présidence de la République

By | Actualités, Réseaux féminins

Rendez-vous à la Présidence de la République le 10 avril 2018. Simone Bonnafous représentait l’AFDESRI.

L’AFDESRI et 8 autres réseaux féminins ont été reçus à la suite de leur lettre ouverte envoyée en janvier 2018 au Président de la République, pour faire connaître leurs attentes en termes d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.